Sortie de terrain

La sortie de terrain est un outil principalement utilisé lors de l’immersion, ce qui constitue la première phase du modèle des 4 I. Le but de l’immersion est d’amener les élèves à être immergé·es dans une situation et à se confronter à des représentations de pratiques spatiales.

En partant enquêter sur le terrain avec les élèves, le but est à la fois de toucher leur quotidien mais aussi de leur prouver que la géographie scolaire peut s’ancrer dans le/leur réel et que ce réel est complexe et pluriel. L’objectif est de les amener hors de l’espace scolaire pour manier des concepts géographiques et de les conduire à manipuler les savoirs théoriques leur permettant d’acquérir une connaissance aiguisée du monde qui les entoure.

Une typologie des sorties de terrain en classe de géographie a été élaboré au regard de la géographie expérientielle.

  • La sortie conférence: l’espace est un cadre, un décor
  • La sortie questionnaire: les élèves sont libres sur le terrain mais répondent à des questions de nature fermées
  • La sortie jeu de piste: il y a plusieurs choix possibles quant à la stratégie à adopter pour trouver l’objet caché
  • La sortie libre: le quartier libre n’est pas destiné au départ à l’analyse de l’espace mais l’enseignant.e peut tirer des enseignements à posteriori
  • La sortie sensible: tout ou partie des sens sont mis au premier plan par l’enseignant.e
  • La sortie relevé: l’objectif est de récolter des traces, des photographies où des discours d’habitant.es pour s’en servir une fois rentré en classe
  • La sortie projet: étude d’un projet d’aménagement


Typologie des sorties 
Crédits : Sophie Gaujal, 2016

Qu'est ce qu'une sortie de terrain ? 

Qu'est ce qu'une sortie sensible ? 


Exemple de sortie sensible en lycée 


La finalité clairement affichée est de faire de la géographie en acte, si peu présente dans les programmes officiels. Par le terrain, les élèves sortent de la salle de classe, observent et confrontent leurs représentations initiales au monde et expérimentent des savoirs sensibles.

L’importance de l’immersion par l’observation (active ou passive) en géographie ne date pas d’hier. Dès le XIX e siècle, des géographes soulignent son usage et son utilité dans le processus d’apprentissage car le choix de sortir « hors des murs » n’est pas neutre.

Le savoir (…) permet à une personne non seulement de se construire mais aussi de s’appartenir, et s’appartenant dès lors, de se donner. (…) La géographie est absolument centrale puisque c’est par l’étude et l’observation – tant intuitives qu’attentives – de la nature que nous serons amenés à mieux la connaître » (Reclus & Kropotkine, 2018, p.13).

Alexandre Chollier et Frederico Ferretti ont démontré que dès les prémices de la géographie scolaire au XIXème siècle, l’observation était écartée de la discipline alors que pour les géographes anarchistes comme Elisée Reclus, Pierre Kropotkine, ou encore Charles Perron, elle était essentielle dans le processus d’apprentissage. L’observation permet d'observer son environnement.

C’est également ce que défend l’enseignant chercheur Hugues Lenoir en sciences de l’éducation. Partant du principe que « l’école est un lieu d’enfermement visant à la conformité des enfants et des adultes à venir », il démontre que pour échapper aux instruments de domination éducatifs, l’enseignement peut « se dérouler dans un milieu ad hoc, dans un lieu « à part » afin d’atteindre leurs objectifs. Lenoir rapproche ce travail à ce que revendique Freire en pédagogie critique lorsqu’il explique que « personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde » (1974, p.62). C’est donc l’intermédiaire du monde que nous cherchons à côtoyer en géographie expérientielle en sortant de l’établissement scolaire et en menant une enquête sur le terrain.

Pour aller plus loin :
Dossier Enseigner la géographie par la sortie terrain, Géoconfluences. Disponible en ligne : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/revues-de-presse/ressources-classees-enseigner-par-la-geographie-par-la-sortie-terrain
 Gaujal, S. (2021). Sortir hors de la classe : apports didactiques d’un dispositif d’expérimentations sensibles en géographie, Mappemonde, 130. Disponible en ligne : https://journals.openedition.org/mappemonde/5145#quotation



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

 "Faites visiter votre quartier en langue vivante étrangère"   Dans le cadre de la semaine des langues (4 -10 avril 2022) et dan...